Wigilia Bozego Narodzenia

Le Réveillon de Noël

Szymon Konieczny

Demain, c’est enfin le Réveillon de Noël ! Dans l’article d’aujourd’hui, nous allons décrire cette journée, telle qu’elle est vécue en Pologne. Comme toujours dans le cas des traditions polonaises, nous tenons à rappeler que leurs détails varient selon les régions et les foyers, d’autant plus qu’il s’agit d’une journée très ritualisée et qui en est remplie. Le présent article décrira donc les traditions vues depuis un point de vue issu de l’ouest de pays et plus particulièrement des régions de la Grande-Pologne (Wielkopolska) et de la Voïvodie de Lubusz (Województwo Lubuskie).

Le 24 décembre est pour les chrétiens une journée de culmination de l’avent et de l’attente de la naissance de Jésus, l’un des jours les plus importants de l’année. Les préparatifs s’étendent souvent sur plusieurs jours avant le 24 et pendant lesquels on nettoie toute la maison, on prépare les cadeaux de Noël ainsi que certains des plats qui seront dégustés pendant le repas. De plus, ce jour-là, certains choisissent de ne rien manger, d’une part pour culminer la période de jeûne qu’est l’avant et d’autre part pour préserver de la place dans l’estomac pour le moment fort de la journée – le repas du réveillon (Wigilia).

Traditionnellement, en souvenir de l’épisode biblique de la naissance de Jésus, le moment exact pour commencer le repas est l’apparition de la première étoile après la tombée de la nuit. Heureusement pour ceux qui choisissent de ne pas manger jusqu’à ce moment-là, la première étoile peut être aperçue à partir de 16h-16h30 car le coucher du soleil a lieu vers 15h45. Si les conditions météorologiques le permettent, la mission de trouver la première étoile est en général confiée aux enfants. Cependant, l’apparition de la première étoile n’est pas synonyme exact du début du repas – en effet, avant de pouvoir se régaler, il y a d’autres « rituels » à mener.

Lorsque tous les convives sont enfin prêts, vêtus de leurs plus beaux vêtements, on se place autour de la table, dressée des plus beaux plats et l’un des membres de la famille – souvent celui que l’on considère comme le meilleur lecteur, parfois l’un des enfants – procède à la lecture du passage de la Bible correspondant à la naissance de Jésus (c’est-à-dire l’Evangile selon Saint Luc, chapitre 2, versets 1-14). Après la lecture, c’est l’heure d’une prière rapide, généralement la suivante : « Bénissez-nous Seigneur, bénissez ce repas, ceux qui l’ont préparé, et procurez du pain à ceux qui n’en ont pas. Amen. »

La prière est suivie d’un autre moment fort, symbole de pardon, d’amour et de paix, celui du partage de l’Opłatek – pain azyme rectangulaire préparé à base de farine blanche et d’eau. Chaque membre de la famille en prend un bout, distribué par le père ou le membre le plus âgé, dans le but de l’échanger individuellement entre eux tout en se formulant des vœux. Ces vœux peuvent concerner la santé, la vie professionnelle, le bonheur et bien d’autres. Il s’agit, de loin, du moment le plus émouvant de toute la journée. De plus, si le repas du réveillon a lieu dans un foyer ayant des animaux domestiques ou des animaux d’élevage, le propriétaire des lieux va les voir pour partager l’Opłatek avec eux aussi, en en insérant un petit bout dans chaque mangeoire. Eh oui, les animaux, quels qu’ils soient, sont des membres de la famille aussi ! Sans mentionner leur présence pendant la naissance de Jésus. D’autant plus qu’en Pologne on dit aussi que le soir de Noël « les animaux parlent d’une voix humaine ».


 

Après cela les douze plats arrivent sur la table et le repas commence pour de vrai. Et avec lui, la course ! Les convives, affamés, se servent et mangent à une vitesse qui pourrait faire croire que la nourriture va prendre ses jambes à son cou. Il faut les comprendre – certains ont passé la journée à tout préparer et tous ont attendu ce moment avec impatience, d’autant plus que la prière et le partage de l’Opłatek ont fait monter la faim encore plus. Cela dit, le repas en soi ainsi que la table ont eux aussi des détails très importants. 


Tout d’abord, la tradition des 12 plats, décrite plus en détail dans un autre de nos articles. Bien évidemment, il faut tout goûter pour attirer le bonheur et la chance l’année suivante et pour pouvoir complimenter la ou les personnes ayant préparé la nourriture. 

Ensuite, très belle tradition, à table, il y a toujours une place et des couverts vides, préparés pour l’invité inattendu. Il s’agit d’une double tradition – la place est réservée pour l’esprit d’un ancêtre familial… Mais aussi, comme Noël est une période de partage, de paix et de compassion, pour une personne qui pourrait éventuellement frapper à la porte du foyer, dans le besoin d’un couvert. Souvent, la place reste vide… Mais parfois, il arrive qu’elle soit occupée.

Finalement, dernier détail sur la table – la paille. Traditionnellement, elle devrait être placée sous la nappe en souvenir de la crèche de Bethléem mais étant donné que cela réduit la stabilité des plats, les familles choisissent plutôt de la mettre dans un coin, de construire une petite crèche, ou bien de la déposer sur un plat décoratif pour y poser l’Opłatek.


Lorsque le repas se termine, c’est l’heure de tout ranger et de faire la vaisselle. Pendant ce temps-là, les convives qui ne participent pas au nettoyage, commencent à chanter les chants de Noël. A part « Douce nuit, sainte nuit », ceux-ci sont généralement propres à la Pologne, comme par exemple « Lulajże, Jezuniu » ou encore « Bóg się rodzi, moc truchleje ». Si la famille a la chance de comporter des membres musiciens, ces chants sont accompagnés par leurs instruments.

Au fur et à mesure du repas, du nettoyage et des chants de Noël, les personnes présentes ont tendance à s’éclipser durant quelques instants sous le prétexte d’aller aux toilettes… Cependant, ils profitent de ce temps pour aller glisser leurs cadeaux sous le sapin de Noël, qui est l’étape suivante de la soirée ! Parfois, les familles demandent à un proche ou même à un membre de se déguiser en Père-Noël ou plutôt, dans le cas de l’Ouest, en Gwiazdor (« L’homme étoile »). Si la famille choisit de ne pas faire intervenir qui que ce soit, les enfants comprennent très bien que le Gwiazdor puisse être trop occupé ce soir-là et ce sont eux qui prennent en charge la distribution des cadeaux. Lorsqu’elle est terminée, l’étape obligatoire suivante est d’ouvrir la fenêtre et de crier les remerciements au Gwiazdor !

Après les cadeaux, la famille se prépare au dernier moment fort de la soirée – la messe de minuit (pasterka). Souvent, les gens ont tendance à arriver à l’église bien en avance – il s’agit de la messe la plus fréquentée de l’année car, indépendamment des croyances de chacun, peu sont ceux qui choisissent de ne pas y aller. Toutes les églises sont donc remplies à craquer et il s’agit de la messe la plus joyeuse de l’année, surtout quand toute la foule commence à chanter les chants de Noël !


Le Réveillon de Noël est donc de loin le jour le plus important de l’année, et le plus rempli de divers symboles et traditions. Mais les fêtes ne s’arrêtent pas là – en plus du 25 décembre, le 26 est férié lui aussi !

Comme nous l’avons mentionné au début de l’article, les traditions décrites sont plutôt celles de l’Ouest de la Pologne. Et vous chers lecteurs, quelles sont celles de votre région ?