Karp Bożonarodzeniowy - La Carpe de Noël - la tradition des 12 plats
Karp świąteczny
La Carpe de Noël

Vous vous en souviendrez peut-être, dans notre article de 2019 décrivant la tradition des 12 plats de Noël, nous avons mentionné la carpe, reine de la table du 24 décembre, préparée d’au moins deux-trois manières différentes. Ce poisson d’eau douce est en effet devenu l’un des symboles les plus importants de Noël en Pologne, bien que ses origines soient relativement modernes et… artificielles. Vous les découvrirez dans l’article d’aujourd’hui !

 

La tradition de manger du poisson à Noël est très ancienne mais la carpe, associée à l’époque à la cuisine Juive, a commencé à être popularisée pendant la période de l’entre-guerre. Ce poisson, bien moins cher que d’autres espèces (puisque supportant l’élevage intensif), était beaucoup plus accessible à la classe ouvrière et rivalisait en popularité avec le hareng. Les classes plus riches, quant à elles, préféraient le brochet ou le sandre. De plus, si nous regardons les livres de recettes traditionnelles de l’époque, la carpe n’était qu’un exemple d’espèce consommée à Noël parmi beaucoup d’autres, considérées comme plus nobles et donc plus appropriées pour célébrer un soir si spécial.

 

Ce n’est que vers la fin des années 40, dans la période de l’après-guerre, que la carpe a été adoptée en tant que poisson de Noël par excellence. La coopérative poissonnière communiste de l’époque, en pleine reconstruction et manquant de bateaux de pêche (détruits pendant la guerre), était incapable de fournir la diversité habituelle d’espèces de poisson. Ainsi, la carpe, élevée industriellement, a été utilisée en tant qu’outil de propagande pour cacher les pénuries et faire de sorte que la population soit satisfaite d’avoir « au moins de la carpe » pour Noël. De plus, dans les entreprises, au lieu de recevoir une prime de fin d’année, les employés recevaient… une carpe. Loin d’être un poisson d’avril exceptionnel, après quelques années consécutives, la carpe a intégré définitivement le menu de Noël.

 

Un autre élément de la tradition de la carpe est apparu, lui aussi, à cette époque – le fait d’acheter la carpe vivante et de la tuer le jour même du repas de Noël. Dans le contexte de pauvreté de la fin des années 40, personne ne possédait de réfrigérateur ni de congélateur. Ainsi, le fait de maintenir la carpe vivante jusqu’au dernier moment permettait d’être sûr de disposer d’un poisson frais. Et quel était le seul élément d’une maison suffisamment grand pour pouvoir contenir une quantité d’eau suffisante pour une carpe ? La baignoire. Et comme à l’époque les dates des livraisons n’étaient pas certaines, la carpe pouvait arriver plusieurs jours (voire semaines !) avant Noël, obligeant par conséquent les membres du foyer à adopter toute une logistique pour pouvoir maintenir une hygiène personnelle décente…

 

De nos jours, l’achat d’une carpe vivante et son maintien dans une baignoire est le plus souvent présenté comme un antidote contre une caractéristique gustative qui fait détester ce poisson à de nombreuses personnes – son supposé goût de boue. Mais ce n’est pas le seul sujet de controverse, ni même le principal – les carpes sont vendues vivantes, souvent stockées dans des aquariums beaucoup trop petits où l’on ne change que très rarement l’eau pour ensuite les transporter dans un sac plastique avec de l’eau jusqu’à sa baignoire dans le but de les égorger le 24 décembre. Entre goût et procédé, de plus en plus de personnes remettent en question cette tradition.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Connaissiez-vous cette tradition et ses origines ? N’hésitez pas à partager avec nous dans les commentaires !

Zaloguj się to leave a comment
Konstytucja 3 maja
…La Journée de la Constitution du 3 Mai