Polak, Węgier, dwa bratanki… …Polonais, Hongrois, deux frères
Polak, Węgier, dwa bratanki - Polonais, Hongrois, deux frères

Le 23 mars, c’est la Journée de l’Amitié Hungaro-Polonaise (Dzień Przyjaźni Polsko-Węgierskiej). Effectivement, le long de l’histoire, ces deux peuples ont toujours su maintenir des liens quasi-fraternels – peut être grâce à leur proximité géographique ou culturelle, peut-être grâce (ou à cause ?) d’ennemis en commun, provoquant une histoire similaire ? Toujours est-il, ce lien est réel et présent dans les deux cultures et, aujourd’hui, votre magasin polonais en ligne vous invite à l’examiner. Une manière de célébrer la Journée de l’Amitié Hungaro-Polonaise à notre façon ! 😊

 

L’exemple le plus célèbre du lien hungaro-polonais est un dicton-poème qui existe dans les deux langues et cultures. Généralement, en Pologne, on ne cite que les deux premiers vers. Mais le voici dans sa totalité : 

Polak, Węgier – dwa bratanki,

i do szabli, i do szklanki,

oba zuchy, oba żwawi,

niech im Pan Bóg błogosławi.

Et en hongrois :

Lengyel, magyar – két jó barát,

Együtt harcol s issza borát,

Vitéz s bátor mindkettője,

Áldás szálljon mindkettőre.


Ce que l’on pourrait traduire en français en tant que :

Polonais et Hongrois — deux frères,

Bons pour le sabre et pour le verre.

Tous deux courageux, tous deux vifs, 

Que Dieu les bénisse.

L’amitié hungaro-polonaise a commencé dès les XI-XII siècles, lorsque les deux nations sont devenues alliées face à l’expansion du Saint Empire Germanique. Et la première bataille gagnée ensemble en 1108 fit que la Hongrie ait pu résister à l’invasion. L’union des deux nations a été rendue plus formelle quelques siècles plus tard, à partir du XIVième, à la suite d’un mariage royal ayant eu comme résultat sur le long terme plusieurs monarques communs – ou au moins ayant des liens de parenté - rapprochant davantage les deux cultures. Ce rapprochement se voit à différentes échelles – des soldats polonais participant dans des batailles hongroises, des livres hongrois publiés à Cracovie, des réformes militaires et logistiques inspirées de l’autre, ou encore les monarques trouvant refuge après des rebellions ou invasions. Et ainsi des deux côtés !

 

Par la suite, à partir des environs de 1700, la région était dominée et conquise par les 3 grands empires Russe, Prusse et Austro-Hongrois et l’indépendance de nos deux nations avait cessé d’exister (autre point en commun !). Malgré cela, l’entre-aide a continué – notamment pendant la révolution hongroise de 1848 lorsque la Hongrie a essayé de retrouver son indépendance. A l’époque, la Pologne avait un gouvernement clandestin qui a réussi à envoyer 3000 hommes pour aider l’insurrection hongroise. Et il en fut de même pendant la guerre entre la Pologne et les bolchéviks vers 1920 – pour aider à la défense de la Pologne, le gouvernement hongrois a envoyé de nombreuses ressources et munitions (et non des hommes, puisque la Tchécoslovaquie et la Roumanie n’avaient pas permis leur passage). 

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Hongrois étaient alliés du 3ième Reich et malgré cela, ils ont toujours refusé d’aide pour envahir la Pologne, à un point de miner et bloquer leur propre infrastructure ferroviaire pour rendre impossible une attaque depuis chez eux. Ils ont aussi accueilli de nombreux réfugiés polonais, et certains se sont même battus aux côtés des Polonais pendant l’Insurrection de Varsovie ! Et après la guerre, les deux pays appartenant au bloc soviétique, la coopération a continué de manière naturelle… Non seulement au sein du système, mais aussi au niveau de la lutte contre celui-ci ! L’insurrection hongroise de 1956 était fortement influencée par celle des Polonais la même année… Et comme le gouvernement local avait décidé de la réprimer de manière sanglante avec l’aide de l’URSS, les Polonais ont envoyé de leur propre sang pour les transfusions aux blessés hongrois, ainsi qu’une aide matérielle (médicaments et produits de première nécessité) estimée à environ 2 millions de dollars.

Et c’est ainsi que l’on arrive à l’histoire récente et l’actualité. Après la chute du communisme, la Pologne, la Hongrie et la Tchécoslovaquie ont créé le Groupe de Visegrád pour coopérer politiquement et économiquement dans le but de s’approcher de l’Union Européenne, dans laquelle ils sont entrés en 2004. Et trois ans plus tard, en 2007, les parlements des deux pays ont décidé à quelques jours d’intervalle et à l’unanimité (!) d’instaurer la Journée de l’Amitié Hungaro-Polonaise le 23 mars.

Nous espérons que ce post vous aura plu. Connaissiez-vous le poème mentionné au début ? Etiez-vous au courant de la fraternité entre la Pologne et la Hongrie ? N’hésitez pas à partager avec nous dans les commentaires !

Zaloguj się to leave a comment
Chodzenie po kolędzie - Les visites du Nouvel An