Rękawka | Reksio.fr

Rękawka

Après toutes les recettes de Pâques publiées au cours des dernières semaines, votre magasin polonais en ligne se tourne maintenant du côté des traditions. L’année dernière, nous avons décrit les traditions régionales comme Pogrzeb Żuru i Śledzia ou encore Palenie Judasza. Cette année, nous allons continuer à découvrir les traditions locales tout en voyageant dans une même région – celle de Małopolska, située dans le sud-est de la Pologne. Cela vous parlera peut-être plus si on vous dit que la capitale de cette région est la ville de Kraków (Cracovie), que nous avons décrite aussi par le passé.

 

Avant de commencer à décrire la tradition de Rękawka, vous devez savoir qu’en Pologne, il y a de nombreux « kopiec » - buttes ou tumulus artificiels. Elles étaient érigées pour des raisons funéraires ou commémoratives et peuvent atteindre plusieurs centaines de mètres de haut. La ville de Cracovie détient le record polonais du nombre de ces buttes artificielles avec 5, la plus célèbre étant surement le Kopiec Kościuszki – la Butte de Kościuszko. Mais aujourd’hui, c’est la Butte de Krakus (Kopiec Krakusa) aux origines préhistoriques et légendaires qui nous intéresse, puisque c’est autour d’elle que se déroule notre tradition.

La Rękawka a lieu le mardi après Pâques. Pour la célébrer, les habitants de Kraków se réunissent autour et sur le Kopiec Krakusa et font tomber des œufs de Pâques en les faisant « rouler » sur les pentes de la colline. Une tradition qui n’est pas sans rappeler le « Egg Rolling » très répandu dans les pays germaniques ! Jadis, lors de la Rękawka, en plus des œufs on faisait aussi rouler du pain, des pommes, des pièces et même de petits jouets. 

 

De nos jours, après les efforts de l’église de faire disparaître les pratiques païennes, il s’agit purement d’une célébration liée à Pâques. Cependant, le long de l’histoire de la Rękawka, les objets que l’on faisait tomber de la butte étaient des offrandes aux défunts et une manière de les honorer à l’occasion de l’équivalent païen de la fête de la Toussaint ! Et la fonction funéraire des buttes artificielles nous renvoie justement aux origines de la tradition. La Butte de Krakus où elle a lieu aurait été érigée en tant que tombe et pour célébrer la mémoire du fondateur légendaire de la ville de Kraków. Ainsi, l’endroit aurait une présence magique… Et les circonstances de sa création auraient donné son nom à la tradition car en polonais, « rękaw », signifie « manche » - que les sujets de Krakus ont utilisé pour transporter la terre qui a servi à la construction de la butte. Mais les hypothèses ne s’arrêtent pas là – selon les linguistes, le nom de la fête renvoie aussi à « rakew » (cercueil) en tchèque et « raka » (tombeau) en serbe, les deux mots présentant des significations similaires dans de nombreuses langues slaves !

Il s’agit donc d’une tradition slave préhistorique qui, comme par miracle, a pu survivre de manière (très !) locale jusqu’à aujourd’hui. Ainsi, en plus du roulement des œufs, des reconstructions médiévales et préhistoriques sont aussi organisées depuis 2001 pendant les célébrations. En somme, tradition ancienne, méconnue et, de nouveau, en voie de disparition. Mais qu’en est-il de vous ? La connaissiez-vous ? Pour ceux qui viennent de Kraków, peut-être l’avez-vous célébrée et vous pouvez nous en dire plus ? N’hésitez pas à partager avec nous dans les commentaires.

Szymon Konieczny 16 kwietnia, 2022
Udostępnij ten artykuł
Znaczniki
Archiwizuj
Zaloguj się by zostawić komentarz

Polak, Węgier, dwa bratanki - Polonais, Hongrois, deux frères